Arrêt ou stationnement sur la bande d’arrêt d’urgence

Stationnement sur la bande d’arrêt d’urgence non justifié : amende et perte de points

Perte de 3 points sur le permis de conduire
135 € d’amende

Contravention de classe 4

  • Amende forfaitaire de 135€
  • Amende forfaitaire minorée de 90€
  • Amende forfaitaire majorée de 375€
  • Maxima 750€
  • Suspension de 3 ans du permis de conduire.

Du bon usage de la bande d’arrêt d’urgence

Arrêtez vous sur  les aires de repos si vous n’êtes pas dans l’urgence.

En cas d’urgence:

Garez vous prudemment sur la bande d’arrêt d’urgence et allumez vos feux de détresse.

Avant de sortir du véhicule, enfilez votre gilet jaune, qui permettra aux autres automobilistes de vous voir de jour comme de nuit.

Sortez du véhicule toujours du côté droit.

Si vous avez des passagers, faites les sortir du même côté et mettez les en sécurité de l’autre côté de la glissière de sécurité.

Marchez derrière la glissière de sécurité pour rejoindre la borne d’appel d’urgence, en aucun cas vous ne devez traverser les voies pour atteindre une borne qui se situerai de l’autre côté.

Retournez à côté de votre véhicule et attendez les secours derrière la glissière de sécurité.
infraction autoroute arret urgence

Les statistiques

La durée de vie moyenne d’un piéton sur une autoroute est de 20 minutes.

En 2013, 5 101 infractions ont été constatées pour circulation sur une bande d’arrêt d’urgence.

Le code de la route Art R 421-7

Sauf en cas de nécessité absolue, les conducteurs ne doivent pas arrêter ou stationner leur véhicule sur les chaussées et les accotements, y compris sur les bandes d’arrêt d’urgence des autoroutes.

Tout conducteur se trouvant dans la nécessité absolue d’immobiliser son véhicule doit le faire en dehors des voies réservées à la circulation et dans tous les cas assurer la présignalisation de ce véhicule. S’il n’est pas en mesure de le remettre en marche par ses propres moyens, il doit faire le nécessaire pour assurer d’urgence le dégagement de l’autoroute.

Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe.

Lorsque le conducteur ou le titulaire du certificat d’immatriculation est absent ou refuse, malgré l’injonction des agents, de faire cesser le stationnement irrégulier, l’immobilisation et la mise en fourrière peuvent être prescrites dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3.

Mis à jour le 5 février 2016

Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer