Signalisation du véhicule

Pour faciliter la circulation sur les routes, le véhicule doit être vu. Ne pas être vu ou ne pas voir peuvent avoir de lourdes conséquences sur votre sécurité et celle des autres usagers de la route.

Le jour, comme la nuit, lorsque la visibilité est insuffisante, il est impératif d’utiliser la signalisation lumineuse de votre véhicule.

Quelles sanctions pour une mauvaise utilisation des feux de signalisation du véhicule ?

Feux de position, feux de croisement, feux de route (plein-phare), anti-brouillard ou encore feux de détresse : quels feux utiliser et à quel moment ?

Les feux de position

Les feux de position, autrefois appelés « veilleuses », doivent être allumés dés que la luminosité diminue. Ils n’ont pas une fonction d’éclairage de la route, mais servent surtout à être vu par les autres automobilistes.

Ils sont utilisés, de nuit, en agglomération. ou encore par temps de faible pluie.

Les feux de croisement

Les feux de croisement, appelés autrefois « codes », ont une fonction d’éclairage. Ils éclairent au minimum à 30m de nuit par temps clair et n’éblouissent pas.

Ils sont utilisés lors d’un croisement avec un autre véhicule, par temps de pluie lorsque l’intensité lumineuse est fortement diminuée par les intempéries ou encore lors de passage d’un tunnel.

Les feux de routes

Les feux de route, appelés aussi pleins-phares, éclairent à plus de 100m de nuit par temps clair. Ils peuvent permettre de communiquer avec les autres usagers de la route en faisant des appels de phares pour signaler sa présence ou un danger.
Ils ne doivent pas être utilisés lors de croisement avec un autre véhicule au risque d’éblouir l’automobiliste.
Également, lorsque la luminosité est suffisante, en agglomération par exemple, ils doivent être remplacés par les feux de croisement.
Lors de passage de tunnel, les feux de routes sont interdits.
Le mauvais usage des feux de route peut être sanctionné d’un amende de 135€.

circuler de nuit

Les feux anti-brouillard

Les feux de brouillard doivent être utilisés en cas de forte pluie, de neige et de brouillard et peuvent être accompagnés des feux de croisement. Par contre, les feux de brouillard arrière peuvent être aussi utilisés en cas de chute de neige et de brouillard et surtout pas lorsqu’il pleut, car ils sont trop éblouissants.

Les feux de détresse ou warning

Les feux de détresse appelés également « warning » sont utilisés pour prévenir les autres automobilistes d’un danger.
Par exemple, en cas de ralentissement brusque.

Il est important de ne pas abuser des feux de détresse.

Quelles sanctions pour un éclairage défectueux ?

Une ampoule défectueuse ou un phare cassé, c’est 68€ d’amende.

art 313-3 du code de la route

Tout véhicule à moteur doit être muni à l’avant de deux feux de croisement, émettant vers l’avant une lumière jaune ou blanche permettant d’éclairer efficacement la route la nuit, par temps clair, sur une distance minimale de 30 mètres sans éblouir les autres conducteurs.

Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la troisième classe.

Soit un montant forfaitaire de 68€

La conduite de nuit, lors d’intempéries et dans un tunnel

La conduite de nuit est sept fois plus mortelle que celle de jour. Un phénomène qui s’explique par la baisse de visibilité, la vision étant le sens le plus important pour les conducteurs.

Chaque véhicule doit être clairement vu à une distance de 150 mètres à l’avant comme à l’arrière.

Feu et signalisation pour remorque de voiture

Une remorque doit être équipée de feu stop, de feu de position arrière, de feu de brouillard et de catadioptres. Ne pas respecter un tel équipement est puni de l’amende prévue pour les contraventions de classe 3 : 68€ d’amende.

Signalisation sonore : quelles sont les règles à respecter ?

Hors agglomération, l’usage des avertisseurs sonores n’est autorisé que pour donner les avertissements nécessaires aux autres usagers de la route.
En agglomération, l’usage de l’avertisseur sonore n’est autorisé qu’en cas de danger immédiat.
Les signaux émis ne doivent pas se prolonger plus qu’il n’est nécessaire.
Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe.

Mis à jour le 6 février 2017

Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer