Quelles sont les nouvelles mesures adoptées par le gouvernement pour lutter contre l’augmentation de la mortalité routière ?

Présidé par le Premier ministre François Fillon, le quatrième Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) a communiqué les nouvelles mesures qui seront appliquées d’ici le mois de septembre et qui ont pour but de réduire une mortalité en hausse.

Les nouvelles mesures, divisées en 5 groupes sont les suivantes :

1) Dissuader les excès de vitesse :

« Sur plus de 23 000 vies sauvées depuis 2002, 13 500 l’ont été grâce à l’amélioration des comportements des français en matière de vitesse. Mais au moins 770 vies pourraient encore être sauvées par an si les limitations de vitesse étaient respectées par tous. »
C’est dans cette optique que le gouvernement répond avec fermeté et que les excès de vitesse de plus de 50 Km/h seront désormais qualifiés juridiquement, dès la première infraction, de délit.

Fin des panneaux de signalisation desradars
Les avertisseurs de radars qui d’après le gouvernement « sont une incitation à enfreindre les règles en matière de limitation des vitesses » seront désormais interdits. Afin d’appuyer cette décision, les cartes d’implantation des radars fixes ne seront désormais plus rendues publiques et les panneaux indiquant la présence de radars fixes seront supprimés.

En plus des radars mobiles de nouvelle génération (permettant de contrôler la vitesse des usagers à partir de véhicules en circulation) qui seront expérimentés dès cette année, 1 000 nouveaux radars seront déployés d’ici à la fin de l’année 2012.

2) Lutter contre l’alcoolémie et les stupéfiants sur la route :

Première cause infractionnelle de mortalité au volant, la conduite sous l’emprise de l’alcool sera désormais sanctionnée plus sévèrement.
En effet, toute alcoolémie en situation de conduite supérieure à 0,8 g/l sera sanctionnée par le retrait de 8 points, contre 6 actuellement.

L’utilisation d’un éthylotest anti-démarrage sera rendue obligatoire sans délai pour l’ensemble des transports en commun de personnes équipé d’un éthylotest anti-démarrage.
Enfin, la possibilité de procéder à une prise de sang permettant de vérifier le taux d’alcool ou la présence de stupéfiants à la suite d’un dépistage positif effectué par les forces de l’ordre sera étendue aux infirmiers.

3) Sécuriser l’usage du deux-roues motorisé :

Afin de faire chuter l’accidentalité de véhicules à deux-roues motorisés, représentant 24% des personnes tuées sur la route pour moins de 2% du trafic en 2010, de nouvelles décisions ont été prises :

Les plaques d’immatriculation pour les deux-roues motorisés seront de plus grande taille, afin de rendre plus opérants les contrôles. Les conducteurs de motos et tricycles devront porter un équipement rétro-réfléchissant.

Enfin, ceux qui n’auront pas conduit de deux-roues motorisés pendant cinq années devront désormais suivre une formation avant de reprendre l’usage de leur moto.

4) Renforcer la vigilance au volant et combattre tous les facteurs qui réduisent l’attention portée à la conduite :

Puisque les sources de distraction se multiplient (téléphone, textos, Internet mobile et autres écrans pendant la conduite…), tout comme les comportements à risque de conducteurs sous-estimant les risques liés à la fatigue et à la somnolence, l’abaissement de l’attention portée à la conduite sera désormais sanctionnée plus sévèrement.

L’usage du téléphone au volant sera désormais sanctionné par une contravention de quatrième classe (au lieu de 2ème actuellement) et donnera lieu à un retrait de trois points sur le permis de conduire (contre 2 actuellement).

Enfin, la circulation sur bande d’arrêt d’urgence et sur voie neutralisée sera plus sévèrement sanctionnée (135 euros d’amende, retrait de trois points).

5) Donner plus de place aux citoyens dans la politique de sécurité routière :

Afin de maintenir la mobilisation citoyenne qui a permis les progrès en terme de sécurité routière de ces dernières années, les actions entreprises par les usagers de la route et par les pouvoirs publics devront être renforcées. Pour mener cette action à bien, un nouveau Conseil national de la sécurité routière sera réuni, dans une configuration nouvelle et à la composition élargie.

Enfin, l’expérimentation menée dans 80 lycées pour sensibiliser leurs élèves à la sécurité routière sera progressivement étendue à partir de la rentrée 2011.

Que pensez-vous de ces nouvelles mesures ? Les trouvez-vous trop souples ou au contraire trop rigides ? N’hésitez pas à nous donner votre avis en commentant notre article ou en répondant à notre sondage.

Mis à jour le 17 mars 2016

Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer