Péronne : alcoolisé, le conducteur termine sa course dans une maison

29 août 2018

Un impressionnant accident de voiture a eu lieu dimanche 26 août à Péronne, dans la Somme. Un véhicule s’est violemment encastré dans le garage d’un particulier à la sortie d’un virage. Le conducteur et le passager de la voiture ont dû être hospitalisés.

Péronne : alcoolisé, le conducteur termine sa course dans une maison

Le conducteur avait trop bu

Ils ont eu la peur de leur vie. Un couple et leurs trois enfants regardaient tranquillement la télévision chez eux vers 21h lorsqu’ils ont entendu un énorme bruit. Le mur de leur salon a tremblé et des objets sont même tombés à terre.

La famille s’est rendue compte avec stupéfaction qu’une Opel Corsa s’était encastrée dans leur garage.

Le conducteur et le passager du véhicule accidenté ont été rapidement pris en charge par les pompiers et le Samu. Il s’avère que le propriétaire de la voiture était alcoolisé au moment des faits et qu’il roulait probablement trop vite à la sortie du virage.

D’après les riverains de ce quartier de Péronne, les automobilistes dépassent régulièrement la limite de vitesse autorisée dans ce coin.

Alcool au volant : ne vous surestimez pas

Ce n’est pas pour rien que la conduite en état d’ivresse est à l’origine d’un accident mortel sur trois. L’alcool est une substance psychoactive qui modifie nos réflexes et notre perception de l’environnement. Même si la personne qui a trop bu a une impression de puissance et de confiance en soi, c’est tout le contraire qui se produit.

Voici les principaux effets de l’alcool au volant

Baisse de la vigilance

L’alcool induit un état d’inattention incompatible avec la conduite. De plus, une personne qui a bu a du mal à bien apprécier les distances de sécurité.

Un exemple très simple : un conducteur qui roule à 50 km/h met 14 mètres pour freiner au moment où il a aperçu un danger. S’il a un taux d’alcoolémie dans le sang de 0,5 g/L, cette distance monte à 22 mètres.

Endormissement

Après avoir trop bu, on peut facilement sombrer dans un état de somnolence. Or, l’endormissement au volant est une des principales causes d’accident de la route. L’effet est d’autant plus important si le conducteur a pris des médicaments qui peuvent aggraver son état de fatigue.

Troubles de la vision

De nombreux problèmes de vision peuvent survenir suite à la prise d’alcool au volant. Le conducteur est victime de “l’effet tunnel”, c’est-à-dire que son champ de vision se rétrécit et qu’il ne voit plus bien sur les côtés. Il est plus sensible à l’éblouissement et peut développer des hallucinations. Enfin, il a plus de mal à appréhender les distances entre les objets.

Perte de réflexes

Le conducteur alcoolisé va avoir des difficultés à contrôler son véhicule et à faire les manœuvres. Il peut également perdre la mémoire à court terme et ne plus se remémorer son itinéraire.

Agressivité

L’alcool agit aussi sur le comportement. Des personnes calmes en temps normal peuvent se révéler très agressives et bagarreuse. L’ivresse désinhibe et peut également pousser à prendre des risques, comme rouler trop vite ou prendre un sens interdit.

Conduite en état d’ivresse : les risques encourus

Il est interdit de conduire avec un taux d’alcoolémie dans le sang égal ou supérieur à 0,5 g/L (0,2 g/L si vous disposez d’un permis probatoire). Les forces de police ou de gendarmerie peuvent à tout moment vous faire souffler dans un éthylotest pour contrôler votre état d’alcoolémie. Cette vérification est systématique après un accident de la route.

Si vous avez un taux d’alcool dans le sang compris entre 0,5 et 0,8 g/L, vous encourez une contravention de 4ème classe. Les sanctions possibles sont :

  • une amende de 90 à 750 euros (amende forfaitaire de 135 euros pouvant être minorée ou majorée)
  • la perte de 6 points sur le permis de conduire
  • une éventuelle suspension du permis de conduire

Si vous avez un taux d’alcool dans le sang égal ou supérieur à 0,8 g/L, il s’agit d’un délit. Les sanctions possibles sont :

  • une amende pouvant aller jusqu’à 4500 euros
  • la perte de 6 points sur le permis de conduire
  • une rétention du permis de conduire, éventuellement suivie d’une suspension administrative pouvant aller jusqu’à un an
  • l’immobilisation et la mise en fourrière du véhicule
  • une peine maximale de deux ans de prison
  • l’obligation de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière
En cas de récidive d’alcool au volant, la justice peut ordonner la confiscation du véhicule et l’annulation du permis de conduire. Une nouvelle mesure qui s’appliquera courant 2018 prévoit d’obliger l’automobiliste à équiper sa voiture d’un EAD (éthylotest anti-démarrage).

Le conducteur devra sûrement suivre un stage de récupération de points à Péronne.

Publié par Stephanie
Partagez cet article
Nous garantissons les prix les plus bas

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer