Nantes : il transportait son bébé avec plus de 2 g d’alcool dans le sang

19 mars 2018

Le conducteur, récidiviste en la matière, s’est fait contrôler avec plus de 2g d’alcool par litre de sang, seul avec son enfant de quelques mois à bord du véhicule.

La police nantaise a eu le nez creux en interpellant un automobiliste dont le comportement sur la route semblait suspect.

Lors du contrôle, l’homme, âgé de 36 ans, reconnaît avoir bu un petit peu de bière pour fêter « une bonne nouvelle » rapporte la presse régionale.

Pourtant, le verdict de l’éthylotest s’est révélé bien plus lourd : il avait 2,3 g d’alcool par litre de sang, presque le quintuple de la limite autorisée.

Pire, l‘inconscient conduisait dans cet état avec son bébé de trois mois dans la voiture. Et comme si cela ne suffisait pas, il avait déjà été condamné pour ivresse au volant en 2014.

Placé en garde à vue, le procureur de la République a demandé la saisie de son véhicule et sa mise sous contrôle judiciaire. En attendant de passer devant le tribunal correctionnel, l’individu a également interdiction de conduire et obligation de suivre des soins.

Nantes: il transportait son bébé avec plus de 2 g d'alcool dans le sang

Alcool au volant : quelles conséquences sur la conduite ?

 Alcool et conduite ne font pas bon ménage. En effet, son absorption altère nos capacités au volant.

Temps de réaction plus lent

Boire ralentit votre temps de réaction, ce qui peut augmenter la probabilité d’un accident.

Ainsi, lorsqu’une voiture freine brusquement devant vous, ou qu’un piéton traverse la rue, il faudra plus de temps à votre cerveau pour gérer la situation et éviter un accident.

Manque de coordination

L’alcool au volant affecte les capacités motrices comme la coordination des yeux, des mains et des pieds. En conséquence, vous risquez d’être incapable d’éviter un danger imminent.

Concentration limitée

Conduire demande beaucoup de concentration. Or, l’alcool perturbe les capacités d’attention et de jugement.

Il devient plus difficile de se maintenir sur sa voie de circulation, de surveiller sa vitesse, les panneaux, les feux de circulation et les autres véhicules.

Altération de la vision

La consommation excessive d’alcool peut avoir un impact négatif sur votre vision. La vision d’un automobiliste qui a bu devient floue.

Au-delà d’un certain seuil, cette altération réduit le champ de vision et ne permet pas de juger les distances par rapport aux autres véhicules sur la route.

L’alcool et sécurité routière : les chiffres

Prendre le volant d’un véhicule après avoir consommé de l’alcool est sanctionné à mesure du taux contenu dans le sang.

  • 1/3 : l’alcool est à l’origine de près d’un tiers des accidents mortels sur la route, ce qui en fait la seconde cause de décès sur la route après la vitesse.
  • 0,2 g/l : ou « tolérance zéro ». C’est la limite autorisée pour les jeunes conducteurs.
  • 0,5 g/l : limite autorisée pour les autres conducteurs.
  • 6 points : le nombre de points perdus pour tout conducteur dépassant ce taux.
  • 135€ : l’amende minimale pour tout conducteur dépassant ce taux
  • 0,8 g/l : au-delà de 0,8g d’alcool par litre de sang, il s’agit d’un délit et les peines encourues sont plus lourdes.
  • 4 500 € : l’ amende maximale dans le cas d’un délit.
  • 2 ans : la peine de prison maximale
  • 3 ans : la durée maximale de suspension du permis
En cas de récidive, l’annulation du permis de conduire est automatique.

Le conducteur devra suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière à Nantes. C’est la règle en cas d’alcoolémie importante.

Publié par Syrinne
Partagez cet article
Nous garantissons les prix les plus bas

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer