Sécurité routière : les feux tricolores doivent-ils être supprimés ?

20 octobre 2017

Les feux tricolores font l’objet d’un débat sur la sécurité routière dans certaines villes. En effet, ces dernières ont choisi de remplacer les feux tricolores par des ronds-points. Pourquoi ? La réponse est simple : à cause de la mortalité routière élevée. Ce sont près de 150 victimes et 1 500 personnes blessées qui sont dénombrées chaque année au niveau des feux tricolores et des carrefours. Remplacer ou retirer les feux tricolores éviterait-il les 10 000 accidents annuels ?

Sécurité routière : les feux tricolores doivent-ils être supprimés ?

Moins de feux tricolores pour plus de sécurité routière en ville ?

De plus en plus de villes adoptent la circulation sans feux tricolores.

En plus de renforcer la sécurité routière, remplacer ou retirer des feux tricolores est censé fluidifier le trafic et prendre mieux en compte les exigences environnementales.

Certaines villes, comme Abbeville dans le département de la Somme ont supprimé 11 feux en 7 ans afin de les remplacer par des ronds-points. Actuellement, il n’en reste qu’un qui sera enlevé fin 2017.

Pour les habitants, c’est une avancée, car désormais, on met moins de temps à traverser la ville ! Pour le maire, cela a permis de baisser l’accidentalité, de diminuer les nuisances sonores et la consommation des véhicules. La circulation en ville se serait donc fluidifiée et plus respectueuse de l’environnement.

Bordeaux a supprimé 300 feux tricolores. Certains feux ont même été supprimés aux abords des écoles, en échange la ville a investi dans des trottoirs plus grands en diminuant les voies de circulation afin de permettre aux automobilistes de mieux voir les piétons.

Dans le centre de Lyon, trois feux tricolores ont déjà été enlevés. À Nantes, Rouen et Niort, on a ralenti leur installation.

En plus de réduire l’attente et les embouteillages pour les automobilistes, le nombre des morts diminuerait, car les conducteurs auraient tendance à ralentir leur vitesse à certains embranchements comme les ronds-points.

Le constat est simple : en l’absence de feux, les usagers se sentent moins en sécurité, ce qui les pousse à être davantage vigilants.

L’expérience a également été à l’étranger, notamment aux États-Unis ce qui a permis de réduire de 25 % les accidents de la route sur certaines zones testées.

La troisième ville où les feux rouges sont le plus grillés, Paris, va également tenter l’expérience en supprimant les feux tricolores dans les zones 30 d’ici 2018.

Et si les feux tricolores avaient un rôle à jouer pour la circulation ?

Certains pensent quand même que les feux tricolores ne sont pas complètement inutiles pour la circulation en ville et notamment pour la sécurité des usagers.

Ainsi, le Délégué général du Syndicat des équipements de la route précise que retirer simplement et purement les feux tricolores, n’est pas forcément une solution dans tous les cas.

Il faudrait bien faire la part des choses et en laisser là où ils sont utiles pour les usagers. Il évoque l’exemple des personnes aveugles par exemple, pour lesquelles la traversée n’est possible que grâce aux feux tricolores.

De façon plus générale, la signalisation des feux tricolores n’est peut-être pas complètement à bannir. Le temps montrera seul les limites du système de retrait des feux tricolores ou prouvera, au contraire, son efficacité !

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer