Conduite après usage de stupéfiants : quels sont les risques ?

26 septembre 2014

Véritable problème de société actuel, l’usage de produits stupéfiants ne faiblit pas. Et par conséquent, la conduite sous emprise de stupéfiants est bel et bien reéelle . Mais les accidents sont nombreux et alertent l’opinion publique : selon l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) la drogue serait responsable de 21 % des accidents, soit 1 accident sur 5. Pour la Sécurité Routière, il est important de continuer à sensibiliser pour éviter le pire. Car les « conducteurs consommateurs » continuent malgré tout d’avoir ce comportement dangereux. En 2013 les stupéfiants ont causé 4 % des accidents mortels sur les routes de France.

conduire_stupefiants

Les effets des drogues sur la conduite

Il faut être au maximum de sa concentration lorsqu’on conduit et éviter tout produit ou action néfaste à cette condition (non-port d’un dispositif de correction de la vue, un téléphone tenu en main, la consommation d’alcool ou encore la prise de médicament).

Les stupéfiants sont concernés, car ils modifient la condition physique et psychologique du conducteur. Les effets négatifs sont multiples :

  • Difficulté à se concentrer
  • Altération de la vue
  • Moins de réflexes
  • Augmentation du temps de réaction

Les effets de la drogue sur le corps peuvent durer de 4 à 6 heures après leur prise.

Les sanctions en cas de conduite sous l’effet de stupéfiants

Être sous l’emprise de stupéfiants au volant peut être très dangereux. Les autorités espèrent donc sensibiliser fortement les automobilistes par une forte répression. Ainsi, si vous avez pris de la drogue et que vous conduisez, vous encourez une perte de 6 points sur le permis de conduire.

Vous risquez également une convocation au tribunal, car cela constitue un délit. Vous risquez une suspension de 3 ans du permis de conduire, l’immobilisation du véhicule, une amende d’un montant maximal de 4 500 € voire 2 ans d’emprisonnement (et jusqu’à 9 000 € et 3 ans d’emprisonnement en cas de présence d’alcool).

Un stage de récupération de points sera grandement nécessaire afin de récupérer 4 points sur les 6 perdus. Le stage peut aussi être obligatoire après une décision de justice.

Le premier danger au volant, c’est vous

Ce problème touche beaucoup les jeunes, mais aussi les individus sur leur lieu de travail, même si dans ce cadre, ils doivent conduire véhicules ou engins mécaniques. Le cannabis a longtemps été le premier montré du doigt, mais aujourd’hui, c’est la consommation de cocaïne qui inquiète les autorités, notamment chez les routiers. Le risque d’un accident mortel est multiplié par 2 après avoir fumé du cannabis, et par 8 en cas de prise de cocaïne…

Début 2014 la consommation de drogue est légalisée dans l’Etat du Colorado (Etats-Unis) mais les autorités lancent au même moment une campagne de publicité originale pour rappeler aux consommateurs qu’il est légal de consommer de la drogue mais pas s’ils doivent conduire ensuite.

Visionnez un des trois spots publicitaires « Drive High » :

Un nouveau mode de dépistage à l’essai dès cet automne

En 2013, 144 000 dépistages, dont 33 000 lors d’accidents, ont été réalisés en France contre 11 millions de dépistage d’alcoolémie. La probabilité de se faire contrôler est donc très faible. Les dépistages de stupéfiants sont plus longs et plus couteux que l’alcool au volant.

Aujourd’hui, le conducteur est soumis à un test salivaire réalisé par les forces de l’ordre (le test coûte 12 € l’unité). En cas de test positif, le conducteur doit se rendre en milieu hospitalier pour une prise de sang obligatoire qui confirmera le premier résultat. Ces analyses toxicologiques sont estimées à 450 €.

Mais dès cet automne un nouveau dispositif va être testé dans une dizaine de départements à la demande de la Sécurité Routière et de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives (MILDECA). Il s’agit d’un deuxième test salivaire de détection de drogue : après le premier test, le deuxième test sous forme de petit bâtonnet est envoyé à un laboratoire pour confirmer à 100% le résultat. Cela évitera le déplacement de l’individu en centre hospitalier.

 

Soyez responsables, restez en vie !
Ne mettez pas celle des autres en danger.
Ne prenez en aucun cas le volant si vous avez consommez des stupéfiants, même si vous pensez être apte.

Pour finir avec un peu d’humour :

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer