Pollution automobile : comment les villes réagissent ?

13 janvier 2017

À Paris, le trafic routier engendre 73 % des émissions d’oxydes d’azote (NOx) et également 42% des émissions primaires en particules fines (PM10) . Fort de ce constat, certaines villes ont pris les choses en main et ont mis en place des Zones à Circulation Réduite.
Après les ZAPA, les ZCR ! Mais les villes vont-elles dans le bonne direction ?

pollution automobile

Paris, Lyon et Grenoble : en action avec la vignette Crit’Air!

À Grenoble, depuis le 1er janvier 2017, une Zone à Circulation Réduite a été mise en place. ici

À Lyon et Villerbanne, les vignettes Crit’Air sont mises en place suite à un décret du 1er décembre 2016.

À Paris, la vignette Crit’Air devient obligatoire pour circuler dans Paris intramuros à partir du 15 janvier 2017.
vignettes crit'air

date de mise en œuvre véhicules concernés niveaux d’interdiction périmètre d’interdiction temporalité
Étape 1 :
15 janvier 2017
PL / TC Non Classés Tout Paris hors bois <br/ >hors boulevard périphérique 7 jours / 7 de 8h à 20h
VP / VUL Non Classés les jours ouvrés de 8h à 20h 2RM
2RM Non Classés
Non Classés Étape 2 :
1er juillet 2017
PL / TC Classe 5 7 jours / 7 de 8h à 20h
VP / VUL Classe 5 les jours ouvrés de 8h à 20h
2RM Classe 5

VP = Véhicules Particuliers ; VUL = Véhicules Utilitaires Légers  ; PL = Poids Lourds ; TC = bus et cars ; 2RM = Deux Roues Motorisés.

Source : airparif

Amende et sanction :
Une contravention de classe 3 sera applicable pour les véhicules particuliers circulant dans une ZCR sans la vignette.
Une contravention de classe 4 sera appliquée au poids-lourds et auto-cars.

Selon un étude menée par Airparif, la mise en place de la ZCR à Paris est favorable pour l’ensemble des polluants.
Ainsi, à Paris intramuros, cette nouvelle circulation va se réaliser en deux étapes. Elle devrait entraîner progressivement une diminution des émissions polluantes.

Première étape – 15 janvier 2017 :

  • baisse de  6 % des émissions d’oxyde d’azote (NOx),
  • baisse de 4 % pour les émissions de PM10
  • baisse de 5 % pour les PM2,5
  • baisse de 25 % des émissions de benzène ( véhicule essence)

Deuxième étape – 1er juillet 2017 :

  • baisse de  16 % des émissions d’oxyde d’azote (NOx),
  • baisse de 8 % les émissions de PM10;
  • baisse de 11 % pour les PM2,5.

Les émissions de particules PM2.5 sont dues à 35 % à l’abrasion des routes, des pneus et des freins. et les PM10 sont dues à 50 % à l’abrasion des routes, des pneus et des freins !et à 25% des véhicules diesel.

sources des émissions des particules fines issues du trafic automobile

Quid des 20 villes lauréates pour des « villes respirables » ?

En juin 2015, l’Etat a lancé un appel à projet pour des villes respirables .
20 agglomérations lauréates bénéficient d’un appui financier pour mettre en place des actions. Or, il semblerait que sur les 20, seules quelques-unes ont signé une convention avec l’État.

Les élus locaux de Marseille, Lille, Toulon qui figurent parmi les villes les plus exposées, ont-ils fait de la pollution de l’air leur cheval de bataille ?

s’interrogent les associations.

Malgré la volonté du gouvernement avec la mise en place de la loi de transition énergétique pour les transports propres, certaines villes ont supprimé des couloirs réservés aux bus et aux vélos (Amiens, Belfort, Evreux, Saint-Etienne, Thionville, Tourcoing), d’autres ont rendu le stationnement gratuit (Angers, Angoulême, Caen, Chambéry, la Roche-sur-Yon, Limoges, Quimper, Saint-Omer), et d’autres encore ont restauré des parkings en centre-ville sur des espaces piétons (Ajaccio, Belfort, Charleville-Mézières, Limoges, Pau, Périgueux, Privas, Quimper, Saint-Etienne et Tourcoing).

Que sont devenues les Zones d’Actions Prioritaires pour l’Air de 2010 ?

L’objectif des ZAPA était de mettre en place, dans certaines villes un dispositif similaire aux Low Emission Zones (Zones à faibles émissions), existant déjà dans d’autres villes européennes. Ce dispositif interdit la circulation de véhicules polluants dans une zone définie. Même si peu d’actions ont vu le jour, les études préalables et les implications des communes ont permis d’en tirer des enseignements utiles.

La reforme du stationnement en 2018 :

En janvier 2018, est prévue une réforme du stationnement.
Le stationnement devient une redevance sur l’occupation de l’espace public.

L’usager ne s’acquittera plus d’un droit de stationnement institué par le maire, mais d’une redevance d’utilisation du domaine public

Le PV de stationnement disparaitra pour laisser la place à un forfait de post-stationnement (FPS). C’est la commune qui gérera les recettes post-stationnement. Ces recettes seront destinées à financer les transports doux ainsi que toutes les mesures susceptibles de faire baisser le niveau de pollution dans les communes.

La commune pourra aussi rendre gratuit certains stationnements, mais attention, rendre le stationnement gratuit en centre-ville n’est pas une bonne idée si l’agglomération souhaite limiter sa pollution automobile. En effet, cela ne peut qu’inciter les automobilistes à se déplacer en voiture jusqu’au cœur de la ville…

 

 

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer