Les radars pourront flasher dans les virages

22 septembre 2017

Jusqu’à présent, les radars automatiques étaient homologués seulement pour les lignes droites. Désormais, ils pourront flasher dans les virages où le taux d’accidentalité est élevé.

En 2016, ce sont 497 automobilistes et 160 motards qui sont morts suite à un accident dans un virage soit 19 % des tués.

Les radars pourront flasher dans les virages

Nouveaux radars virages

Les radars avaient jusqu’à présent la possibilité de flasher que sur les lignes droites pour des raisons techniques.

Grâce à la technologie des radars autonomes, 248 nouveaux radars seront installés sur des routes sinueuses. Les courbes et les virages donnent souvent le lieu de graves accidents.

Les radars virages seront annoncés par un panneau d’avertissement. Cette nouvelle fonctionnalité a été homologuée par le Laboratoire National de Métrologie et d’Essais (LNE) le 25 juillet 2017.

Ces radars seront principalement installés sur les routes de montagne afin de sécuriser les virages et les zones difficiles d’accès.

Deux radars ont déjà été placés ce week-end sur les routes départementales D2 etD402 donnants accès au circuit Paul-Ricard du bol d’or moto afin de freiner les deux-roues qui sont particulièrement touchés par le danger des virages.

Selon les chiffres de la Sécurité Routière, 43 % des chutes à moto ont lieu dans des virages.

Ce type de radar s’inspire des radars chantier dit autonomes de par sa capacité à être déplacé. Les radars virages fonctionnent avec batteries et ont la possibilité de flasher dans les deux sens de circulation.

La photo est prise seulement si l’excès de vitesse est constaté au milieu d’une courbe.

Ce radar peut également mesurer si un véhicule coupe le virage à cause de sa trajectoire.

Le radar virage est également discriminant, car il flashe en fonction du type de véhicule.
De plus, de part sa capacité amovible, il pourra être déplacé lorsque les usagers auront détecté sa présence et remplacé par un radar leurre afin d’être installé sur une nouvelle zone à risque.

Dans le futur, ce type de radar pourra également détecter d’autres infractions comme l’usage du téléphone au volant.

Une marge d’erreur possible

Les résultats de ce radar pourront être faussés. Pour que les véhicules puissent être verbalisés, il faut que le contrevenant soit :

  • dans le flot de véhicules
  • non-ambiguë
  • que le rayon de la courbe minimale de mesure soit porté dans le document d’homologation

Les excès de vitesse sont passibles d’une sanction possible seulement si ces conditions sont bien réunies.

Les contestations pour excès de vitesse constatées par un radar virage pourront donc être nombreuses.

Les associations de moto en colère

La nouvelle s’annonce mauvaise pour les associations de motards comme France Wolf qui estime que les efforts devraient être concentrés sur les infrastructures : « Inventer un radar de plus pour sauver des vies, c’est le même discours que l’on entend depuis des années. On oublie de parler des infrastructures dangereuses pour les deux-roues comme les vieilles glissières de sécurité, ou de ces trous sur la chaussée qu’il faudrait justement reboucher dans les virages ».

En 2016, la vitesse excessive ou inadaptée a été confirmée comme principale cause de mortalité sur les routes de France. Dans 32 % des accidents mortels l’auteur présumé de l’accident roulait trop vite.
Publié par Syrinne
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer