Vers une obligation du port de casque pour les cyclistes

3 mars 2016

C’est au sénateur UDI-UC Hervé Maurey que l’on doit l’initiative : un projet de loi est à l’étude, qui rendrait obligatoire de porter un casque lorsqu’on circule à vélo.

cycliste en ville avec casque

Port du casque obligatoire pour les cyclistes : une mesure en faveur de la sécurité

Les arguments avancés sont convaincants : le texte de la proposition de loi rappelle que “les cyclistes circulant sans protection restent très vulnérables. Les accidents, même mineurs, une simple chute par exemple, peuvent entraîner des conséquences majeures, telles qu’un traumatisme crânien.”

Le casque qui serait ainsi rendu obligatoire serait un modèle que l’on attache, et qui serait homologué pour satisfaire à des normes de sécurité précises. Le port du casque a été fortement préconisé en octobre dernier par le Comité Interministériel pour la Sécurité Routière (CISR).

Le texte rappelle au passage des statistiques préoccupantes : en 2014, pas moins de 4 438 accidents corporels impliquaient des cyclistes, parmi lesquels, 159 ont perdu la vie et 1 500 ont été hospitalisés.

Le port du casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans
Mais 85 % des cyclistes morts sur la route ont plus de 18 ans.

Hervé Maurey, qui est par ailleurs président de la Commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable du Sénat.

 L’unanimité est loin d’être acquise

Aussi judicieuse que puisse paraitre cette mesure, elle suscite toutefois une opposition de la part de la Fédération Française des Usagers de la Bicyclette (FUB), qui considère qu’il s’agit là d’une “fausse bonne idée”.

Elle rappelle pour commencer que le nombre de cyclistes tués chaque année est stable sur les dix dernières années, et avance ensuite que le problème se situe moins au niveau du casque qu’à celui de la vitesse des voitures impliquées dans les accidents. Pour la FUB, la solution réside dans la limitation de la vitesse à 30 km/h partout en ville.

La Fédération ajoute que les vélos gagneraient à avoir une norme d’éclairage commune, qui permettra aux cyclistes d’être mieux vus, et donc d’éviter les accidents plutôt que de protéger les victimes.

La FUB n’est pas seule à s’élever contre le texte : le Club des villes et territoires cyclables s’insurge contre le message qui voudrait que le vélo soit une activité dangereuse. Elle rappelle les résultats d’une étude qui prouve que ce type de mesure provoque généralement une baisse de l’usage du vélo.

Pierre Serne, président du club, rejoint la FUB en déclarant que les leviers d’amélioration de la sécurité sont la modération de la vitesse, une meilleure visibilité des cyclistes et une adaptation de l’espace public aux usagers qui veulent pratiquer le vélo.

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer