Le bridage moto : tout savoir de la réglementation

30 juillet 2019

Le bridage de la moto est une manipulation technique imposée par la législation qui vise à réguler la vitesse du véhicule, en fonction de sa puissance, mais aussi de l’expérience du motard. En effet, seul un titulaire du permis A peut piloter une grosse cylindrée. Les jeunes conducteurs, qui viennent d’obtenir un permis A2, ne peuvent circuler que sur des motocyclettes d’une puissance n’excédant pas 35 kW et dont le rapport puissance/poids est inférieur à 0,2 kW/kg. Ainsi, une moto jeune permis sera nécessairement bridée à 35 kW.

Le bridage moto : tout savoir de la réglementation

Brider une moto pour quoi faire ?

Concrètement, brider une moto consiste à entraver son moteur afin qu’il ne délivre pas toute sa puissance. Les brides vont limiter la vitesse. Elles sont situées dans le moteur, et pour certains modèles, dans le pot d’échappement.

Par exemple, une 50 cm3 bridée peut atteindre les 45 km/h, tandis que sans ses entraves, elle peut dépasser les 70 km/h. Le bridage d’un deux-roues a lieu dans deux cas de figure majeurs.

Le permis AM

Le brevet de sécurité routière (BSR), qui correspond à la catégorie AM du permis de conduire, permet de conduire, dès l’âge de 14 ans, des deux-roues légers, à savoir un cyclomoteur dont la vitesse maximale ne dépasse pas 45 km/h et équipé d’un moteur d’une cylindrée de 50 cm ³ maximum s’il est à combustion interne à allumage commandé (ou d’une puissance maximale nette n’excédant pas 4 kilowatts pour les autres types de moteur).

Le permis A2

Les nouvelles réglementations du permis moto donnent accès à une plus grande puissance par paliers progressifs. Ainsi, les titulaires du permis A2 peuvent seulement piloter des deux-roues limités à 47,5 chevaux.

Ces motocyclettes ne doivent pas être issues d’un modèle bridé développant plus de 70kW d’origine. Avant la nouvelle réglementation, les motos étaient bridées à 25 kW soit 34 CV.

Comment une moto est-elle bridée ?

Quel que soit le type de deux-roues (motocyclettes, quadricycles, tricycles, etc.), le bridage doit être effectué par un professionnel homologué. Si vous achetez une moto d’occasion, vous devrez investir dans un kit de bridage et le faire monter par un concessionnaire.

Il vous fournira ensuite un certificat de bridage qu’il faudra conserver pour faire la carte grise de la moto en catégorie MTT1. Si vous achetez un modèle neuf, sachez que certaines marques comme Suzuki ou Yamaha vendent leurs modèles pour les débutants déjà bridés.

Le bridage peut être mécanique, notamment pour les motos anciennes sans injection ; ou électronique pour les engins plus récents. Les systèmes de brides varient selon les marques et modèles. Le coût des kits de bridage varient donc également.

N’hésitez pas à demander des devis chez plusieurs professionnels. Par exemple, une CB 500 de 1999 exige le changement des boisseaux de carburateur, tandis qu’un SV650 injection nécessite seulement le débranchement d’un fil.

Après le laps temps légal – deux ans pour un permis A2 – il est donc possible de débrider sa moto. Le procédé est le même et doit toujours être effectué chez un professionnel qui fournira une attestation de débridage pour immatriculer son deux-roues en catégorie MTT2.

Que dit la réglementation sur le bridage d’une moto ?

Pour rappel, afin de conduire un véhicule bridé à 50 cm3, le conducteur doit être âgé de 14 ans et posséder son BSR. En tant que débutant, il n’a pas accès à un modèle plus puissant avant ses 16 ans.

À partir de 16 ans, le permis A1 permet de posséder une moto bridée à 125 cm3. Le code est obligatoire et une épreuve pratique (plateau et circulation) sanctionne une formation d’au minimum 20 heures.

À 18 ans, il est possible de passer son permis de catégorie A2 qui donne le droit de conduire une moto ne dépassant pas les 35 kW. Pour conduire des plus grosses cylindrées, il est obligatoire de passer d’abord le permis A2, avoir deux ans de pratique, puis suivre une formation pratique et théorique complémentaire de 7 heures.

Suppression du bridage d’une moto de plus de 106 chevaux

Le décret sur le débridage des motos d’avril 2016 modifie la loi française en autorisant la circulation sur la voie publique des engins de plus de 100 chevaux. Le débridage des motos est autorisé pour les motos neuves et celles déjà en circulation, à condition qu’elles soient équipées de l’ABS, le système anti-blocage des roues.

Pour rappel, le débridage sauvage est strictement interdit. Le fait d’utiliser un cyclomoteur débridé sur la voie publique est puni d’une contravention de la 4ème classe, soit une amende forfaitaire de 135 euros, selon l’article L. 317-23-1 du Code de la route.

En cas d’accident, l’assurance est en droit de refuser d’indemniser l’assuré et d’annuler le contrat. Pour reconnaître un cyclomoteur débridé, le plus simple est de se rendre chez un revendeur de deux-roues motorisés et de demander un certificat de conformité.

Publié par Stephanie
Partagez cet article
Nous garantissons les prix les plus bas

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer