Comment bien choisir sa moto école ? 

26 décembre 2018

Passer le permis moto n’est pas une décision qui se prend à la légère. On investit des économies pour un projet à long terme et c’est normal d’exiger le meilleur. C’est parfois là que commence le vrai casse-tête : comment être certain de tomber sur une bonne moto-école ? Éviter les arnaques, les cours surchargés, les moniteurs incompétents, etc. Voici quelques conseils pour vous guider dans vos recherches.

Comment bien choisir sa moto école ? 

Choisir une moto-école à proximité

Faites marcher le bouche-à-oreille pour connaître les diverses écoles autour de chez vous ou de votre lieu de travail. Une école de conduite à cinq minutes à pied, c’est idéal. Surtout si vous devez passer le code de la route, ou le repasser si votre dernier permis de conduire date de plus de cinq ans. Pour se préparer à cette « épreuve théorique générale », il va falloir réviser et suivre les cours parfois plusieurs fois par semaine à l’auto-école.

Mais attention : si c’est pour recevoir une formation moto médiocre, autant s’infliger quelques kilomètres de transport en plus. C’est un investissement.

Quant à la formation pratique, méfiez-vous des « nous vous prenons à domicile » : ce gain de temps se fait parfois au détriment de la pédagogie car le trajet risque d’être répétitif.

En revanche, le service de navette pour vous emmener sur le lieu de formation à la conduite représente un gros avantage.

L’importance d’une moto-école ayant une bonne réputation

Une reconnaissance officielle

Un premier détail qui doit sauter aux yeux : le logo de l’Association pour la Formation des Motards, ou encore des CER (Centres d’Éducation Routière) et des ECF (Écoles de Conduite Françaises).

Ces moto-écoles s’engagent à répondre à un cahier des charges rigoureux et complet concernant les équipements, le plateau et le nombre d’élèves par pédagogue.

L’aspect pédagogique

Le centre de formation ne doit pas ressembler à une usine. Vous devez être considéré comme un élève, plus qu’un simple client.

Pour la formation théorique, vérifiez que la sécurité routière mais aussi la technique soit enseignée, à savoir le fonctionnement du deux-roues lui-même mais aussi la conduite (freinage, accélération, etc.). Ces notions doivent être abordées en profondeur.

Si vous sentez une tendance au bachotage, à savoir apprendre par cœur sans comprendre, faites demi-tour. Enfin, prenez soin que les leçons répondent aux questions posées par l’examinateur lors du passage du permis.

Le prix

Méfiez-vous des offres alléchantes. Les prix cassés se font au détriment d’un enseignement de qualité. Au total, il faudra prévoir un budget entre 900 et 1 400 euros. Ce tarif inclut les frais de dossier, les heures d’évaluation, les cours de code, etc.

La loi impose un minimum de 20 heures de formation : vérifiez que ce temps est bien réparti en 8 heures de plateau et 12 heures de circulation sur une moto. Les trajets jusqu’à la piste moto ne doivent pas être inclus !

Les horaires

Si vous travaillez la semaine, privilégiez les cours du samedi. Attention, une leçon peut durer trois heures. Certaines écoles proposent des cours dès 7h du matin.

Nombre d’élèves par cours

Comme pour tous les permis, plus il y a d’élèves, moins le moniteur aura le temps de vous donner des conseils personnalisés. Pendant les leçons de conduite, vous ne devez pas être plus de trois par moniteur.

Le livret d’apprentissage

C’est lui qui récapitule vos acquis et vos lacunes et vous aide à avancer. C’est à l’instructeur de le remplir. Attention, certains se contentent d’y noter les heures effectuées.

Porter attention au matériel mis à disposition par la moto école

Les outils pédagogiques ont leur importance. D’abord pour la théorie, un espace clos doit être octroyé à la salle de cours. Elle doit être équipée d’un boîtier d’examen code et de diapos récentes.

Assurez-vous qu’il y a bien une moto par élève pendant les cours de conduite. Il doit y avoir au moins une moto 125 cc réputée pour sa maniabilité pour les évaluations et les débutants.

Les véhicules doivent être en bon état et équipés de la signalisation réglementaire (deux rétros, quatre clignotants, éclairage, plaque d’immatriculation). Enfin, analysez le lieu des entraînements : sa proximité, mais aussi sa qualité : est-ce une piste privée ou un parking de supermarché, etc.

Enfin, même s’il est préférable de venir avec son propre équipement moto, et son casque, certaines écoles prêtent les accessoires de sécurité. Vérifiez qu’ils soient homologués et en bon état.

Ne pas hésiter à poser des questions pour faire le choix entre 2 motos-écoles

Si les interrogations subsistent, crevez l’abcès avant de déposer le dossier d’inscription : combien y a-t-il d’élèves par cours ? Le plateau est-il partagé avec une autre école ? Le moniteur est-il un motocycliste confirmé ? Quels sont les délais entre les épreuves ? Il n’y pas de question bête !

Aussi, vous pouvez connaître les taux de réussite : les chiffres sont publics, disponibles en préfecture. Enfin, pour la conduite moto comme le permis voiture, si le permis accéléré peut séduire pour son gain de temps, il ne garantit pas une bonne connaissance ni un perfectionnement.

Notez que pour aller plus loin dans l’apprentissage de la conduite, notamment sur circuit, vous pourrez ensuite opter pour le stage de pilotage.

Publié par Stephanie
Partagez cet article
Nous garantissons les prix les plus bas

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer