Quel casque de moto choisir : le guide complet

20 février 2018

Comme la ceinture pour l’automobiliste, le port du casque pour un motard est obligatoire. Depuis 1973, chaque utilisateur de deux-roues motorisés doit porter un casque homologué, sous peine de se voir infliger une amende pouvant aller jusqu’à 750€ et un retrait de 3 points sur le permis. Pour s’y retrouver parmi l’équipement motard, voici quelques conseils.

Quel casque de moto choisir : le guide complet

Acheter un casque homologué

Le casque doit être certifié selon la norme européenne. Sous la jugulaire, vous trouverez cousue une étiquette blanche qui atteste l’homologation ECE.

Petit rappel : la loi s’applique également au passager. Le casque homologué doit également être bien attaché, sans quoi, sa capacité de protection n’est plus garantie. Et cela s’applique aussi bien aux grosses cylindrées qu’aux scooters. Les chiffres de sécurité routière rappellent que les traumatismes crâniens sont la cause principale de handicaps lourds et de décès parmi les motocyclistes.

Votre casque devra donc comporter une étiquette attestant sa conformité (ECE 22/04, 22/05) et être muni de quatre stickers rétro-réfléchissants collés à l’avant, derrière et de chaque côté.

On trouve encore des étiquettes vertes liées à l’homologation française NF mais elles tendent à disparaître. Un casque, de préférence de couleur vive pour une haute visibilité, ne doit pas gêner le champ de vision périphérique ni le port éventuel de lunettes. Et n’oubliez pas, les casques ne sont pas de simples accessoires moto : ils doivent impérativement être remplacés après un choc violent.

Les points les plus importants pour bien choisir un casque moto

La taille

Le casque doit offrir un maintien optimal. S’il est bon de connaître son tour de tête, cela ne suffit pas. Même si le casque vintage séduit, ne vous focalisez pas uniquement sur l’esthétique : priorité au confort !

Le casque moto ne doit pas créer une pression sur le front ou derrière la tête. Pensez aussi que les mousses à l’intérieur vont se tasser. Attention à ne pas prendre une taille trop grande, le casque ne doit pas bouger si vous tournez la tête rapidement. Vous ne devez pas pouvoir passer votre doigt entre votre front et la mousse du casque.

Aussi, toutes les marques ne taillent pas de la même manière. N’hésitez donc pas à en essayer plusieurs et comparer le niveau de confort pour chacune d’entre elles.

Le poids

Un casque pèse en moyenne 1400 grammes, mais son poids varie selon les matériaux (polycarbonate ou fibre) et les types. Sur les longs trajets, ces quelques grammes font la différence pour les cervicales. Le confort a un prix. Un casque en carbone avec mélange de fibre sera plus léger, mais bien plus cher.

Les différents systèmes de jugulaires

Simple d’utilisation, le système d’attache rapide est le plus répandu. L’attache de casque moto dite « micrométrique » est simple d’utilisation avec une languette crantée qui s’insère dans le système de verrouillage.

Encore plus simple, l’attache de casque « automatique » qui se clipse comme une ceinture de sécurité : il suffit de régler la longueur de sangle dans un premier temps.

On trouve aussi la jugulaire double D, qui résiste mieux à l’arrachement. Son ajustement est très précis et ne bouge pas. C’est le seul système de jugulaire accepté pour la conduite sur piste.

Les autres critères pouvant entrer en compte dans le choix d’un casque : les accessoires

La ventilation

Un casque de qualité doit être suffisamment ventilé. Le système d’aération et de ventilation permet d’évacuer la buée pendant la période froide (la nuit, l’hiver) et empêche de suffoquer de chaleur l’été.

N’oubliez pas que plus un casque dispose de systèmes de ventilation, plus il sera bruyant. Contre la buée, pensez à nettoyer régulièrement l’écran de la visière avec des produits adaptés. Il existe des visières anti-rayures et anti-buée.

Écran solaire

Désormais très répandue, la visière soleil n’est pas qu’un accessoire. Elle évite au conducteur d’être ébloui par une lumière agressive et peut être simplement relevée lors de l’entrée dans un tunnel par exemple. L’écran solaire s’avère bien plus pratique que le port de lunettes de soleil sous un casque, même s’il ajoute du poids à celui-ci.

Choisir son casque en fonction de son utilisation

Le casque intégral

Il apporte une protection optimale puisqu’il enveloppe toute la tête. Adapté aux trajets longs et efficace face aux intempéries, il réduit l’impact du bruit et du vent sur le visage, dévie les insectes et éventuels objets projetés… Il convient pour une utilisation routière ou sportive.

Pour un usage 100 % urbain, les casques intégraux montrent un désagrément : parfois mal ventilé, ils sont peu confortables en été, et la buée tend à se former sur la visière en hiver.

Le casque jet

Sa protection à haute vitesse notamment est moindre puisqu’il ne protège ni le visage ni le menton. Le casque moto jet est en revanche prisé pour son poids léger et son confort en usage urbain, surtout en été.

Le modulable

C’est le compromis entre le jet et l’intégral. S’il est relativement lourd, le casque modulable dispose d’une mentonnière qui assure un minimum de protection. Idéal pour le péri-urbain.

Casque tout terrain et aventure

Le casque aventure, étanche et isolé de l’extérieur, est parfait pour les grands espaces avec sa visière et sa bonne ventilation. Le casque cross tout-terrain, avec sa mentonnière massive, sa visière longue et profilée, convient à un usage sport ou de compétition.

Publié par Stephanie
Partagez cet article
Nous garantissons les prix les plus bas

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer