Entretien moto : les principaux points à vérifier 

25 septembre 2018

Vous vous êtes investi pour passer le permis et venez d’acheter une moto rutilante. À vous désormais de la chouchouter. Un deux-roues sans entretien courant aura une durée de vie limitée. Ce guide vous aide à savoir comment vérifier les points principaux et procéder à une révision de base. Ces réglages et contrôles ne nécessitent pas d’outils particuliers et s’ouvrent même aux débutants en mécanique. Avant chaque opération d’entretien et réparation, renseignez-vous sur les pièces moto de rechange nécessaires.

Entretien moto : les principaux points à vérifier 

Vérifier la pression et l’état des pneus

Le pneu moto est évidemment crucial pour conduire une moto en toute sécurité. Tous les 1000 kilomètres, ou toutes les deux semaines en moyenne, jetez un œil à l’état général du pneu avant comme du pneu arrière : veillez à ce qu’il n’y ait aucune trace d’usure sur les côtés et sur la bande roulement.

Ce rapide contrôle vous permettra de détecter la présence d’un caillou ou d’une vis : vous éviterez ainsi la crevaison pendant le trajet ! Vérifiez ensuite la pression des pneus qui aura une forte influence sur la tenue de route, l’efficacité du freinage et la durée de vie de la pneumatique – un point important au vu des prix d’un pneu neuf. Pour connaître les pressions de gonflage de votre moto, référez-vous au manuel technique. 

Les pneus d’une moto tout-terrain sont conçus pour résister à des pressions inférieures à celles des pneus route.  N’oubliez jamais qu’un pneu sous-gonflé peut entraîner une chute et vous exposer à des dommages corporels. Pensez à vérifier le serrage des boulons du cadre, surtout sur les motos anciennes.

Contrôler la tension de la chaîne et son état de graissage

Seule une chaîne bien tendue assurera la souplesse pendant la conduite. Une chaîne trop tendue risque de s’user très vite, de casser, voire d’endommager la boîte de vitesse : laissez environ 3 cm de mou entre la chaine et le bras oscillant avec la roue arrière en appui sur le sol.

Pour garantir la longévité du kit chaîne, vérifiez la tension toutes les 1000 bornes ; voire tous les 500 km pour les amateurs de moto cross qui ont un usage intensif.

À chaque vérification, procédez au graissage de la chaîne (et pensez à la lubrifier après chaque trajet sur route mouillée).

Si vous roulez sur une piste boueuse ou poussiéreuse, ou dans le sable, nettoyez bien la chaîne avant de la graisser.

Vérifier l’état de son système de freinage

Il s’agit de gestes simples qui peuvent vous éviter un accident. La loi impose que la moto ou scooter soit équipée de deux freins, actionnables indépendamment. Cela fait partie de l’équipement obligatoire à moto, au même titre que le port du casque moto par exemple.

Un premier contrôle visuel, à l’aide d’une lampe torche et d’un miroir suffit à se rendre compte de l’état d’usure des plaquettes de frein. Le disque est usé lorsqu’il a perdu 10 à 15 % de son épaisseur d’origine : référez-vous au barème d’usure défini par le constructeur.

L’étrier de frein, qui s’encrasse dans le sel (l’hier), la saleté et le sable est aussi à vérifier. Pour cela, décollez la roue du sol et lancez-la à la main. Donnez deux bons coups de frein puis relancez-la. SI vous décelez un frottement important, les axes ou les pistons sont grippés, il faudra procéder à leur nettoyage.

Quant au liquide de frein, le bocal est en théorie suffisant pour la durée de vie des plaquettes. Avec le temps, le liquide change de couleur en s’assombrissant, perd de ses propriétés et peut engendrer une corrosion. Il doit être remplacé tous les ans environ.

Vérifier son filtre à air

En général, il est changé à chaque révision. En revanche, si vous roulez avec une enduro, il est bon de jeter un coup d’œil de temps en temps et éventuellement nettoyer et décrasser la boîte à air à l’aide d’une soufflette et d’un compresseur. Dans le cas d’un filtre à air en coton réutilisable, il vous faudra un kit de nettoyage spécifique K&N.

Les autres éléments pouvant être vérifiés !

Même s’il n’est pas censé baisser, le liquide de refroidissement perd ses qualités au fil du temps surtout si les cyclomoteurs passent la nuit dehors l’hiver. Le liquide peut en effet geler, ce qui augmente son volume et peut éventuellement fendre la culasse, c’est pourquoi il est important de ne jamais dépasser le niveau préconisé.

Pour vérifier le niveau, il suffit de regarder le repère sur le vase d’expansion. Examinez chaque durite du circuit pour y détecter une fuite éventuelle. Il est conseillé de vérifier le niveau d’huile moteur tous les 1 000 km. Attendez environ 5 à 10 minutes après avoir coupé le contact le temps que l’huile redescende dans le carter.

Pensez à la vidange d’huile de fourche moto, peu fréquente (tous les 10 000 – 15 000 kilomètres) mais primordiale pour une bonne tenue de route !

Enfin, l’état de la batterie moto est à surveiller, surtout si vous effectuez de courts trajets journaliers : la batterie n’a pas le temps d’être rechargée par l’alternateur. Le contrôle de la charge s’effectue avec un voltmètre, un outil de base qui coûte une quinzaine d’euros.

En cas de faiblesse de la charge, utilisez un chargeur de batterie spécifique moto. Si les bornes sont oxydées, brossez-les simplement avec une brosse métallique. Profitez-en pour regarder le bon fonctionnement des feux arrière, avant et clignotants.

Publié par Stephanie
Partagez cet article
Nous garantissons les prix les plus bas

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer