Signaler les radars ou les contrôles de police : sommes-nous vraiment des héros ?

15 septembre 2016

Le 6 septembre 2016, la Cour de cassation a jugé que le signalement des emplacements des radars et des contrôles de police par le biais des réseaux sociaux n’est pas contraire à la loi.

A l’origine de cette affaire, quatorze membres d’un groupe créé sur Facebook qui avaient indiqué sur leur page l’emplacement de radars dans le département de l’Aveyron.

La position prise par les juges pourrait-elle avoir un impact sur la sécurité routière ?

Informer la présence de radars ou de contrôle de police : sommes-nous vraiment des héros ?

Signaler la présence de radars et de contrôle de police n’est pas interdit

La décision rendue le 6 septembre dernier précise que

l’utilisation d’un réseau social ne peut pas être considéré comme l’usage d’un dispositif de nature à se soustraire la constatation d’une infraction routière

Arrêt de la Cour de Cassation – le 6 septembre 2016

Par conséquent, informer les autres usagers de la route de contrôles de police ou de présence de radars grâce à un réseau social n’est pas contraire à la loi.

Donc, à l’heure actuelle, pas d’interdiction de cet échange d’informations car cela ne permet pas aux automobilistes d’échapper à la constatation d’une infraction au Code de la route.

Quelles peuvent être les conséquences ?

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière a indiqué que les services des Ministères feront une analyse approfondie de l’arrêt rendu par la plus haute juridiction.

Il a également précisé qu’il ne craigne pas particulièrement un « relâchement» du comportement des automobilistes notamment en matière d’excès de vitesse.

Il estime que la plupart des conducteurs ne se prennent pas au jeu de signaler les contrôles des forces de l’ordre.

Emmanuel Barbe souligne que ce comportement qui consiste à informer les autres de l’endroit des éventuels contrôles peut avoir des conséquences très graves car on permettra, par exemple, à un conducteur ivre de continuer à être un danger pour les autres, ou encore, on enlève l’effet de surprise qui peut sauver des vies s’il s’agit d’un acte d’enlèvement ou d’acte terroriste potentiel.

L‘alcool et les stupéfiants  au volant peuvent avoir de lourdes conséquences sur notre sécurité sur la route.
Selon lui, le fait de signaler la présence des forces de l’ordre ou d’un radar est un acte qui n’est au service de personne.
« L’appel de phares numérique» n’est pas un acte « héroïque ».
Enfin, Emmanuel Barbe estime que ce n’est pas le vote d’un texte de loi interdisant le signalement des radars ou des contrôles de police qui réglerait forcément ce problème.

Les forces de l’ordre n’ont pas qu’une mission liée à la sanction.
Ils sont également présents sur nos routes pour sauver des vies.

Des vies qui peuvent être épargnées si les contrôles de police ne sont pas dévoilés sur les réseaux sociaux.
Tout comme, Emmanuel Barbe, nous espérons que ce comportement ne soit pas propagé et qu’il y est une conscience générale.

Signaler un radar n’est pas un acte héroïque, mais plutôt une incitation à la délinquance routière. Un excès de vitesse peut avoir de lourdes conséquences pour vous, vos proches, mais aussi pour les autres usagers de la route.

Je tiens particulièrement à partagé mon avis en ce qui concerne la signalisation des forces de l’ordre sur la route. Chaque jour, des enfants sont enlevés, chaque jour des morts sont constatés, j’estime qu’il est de notre devoir en tant que citoyen de participer pour sauver des vies qui peuvent être épargnées.

   

Soyons tous responsables, soyons des héros de la route, sauvons des vies, arrêtons de couvrir de potentiels meurtriers de la route !

Publié par Syrinne
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer