Alcool et stupéfiants au volant : les conséquences

13 juillet 2016

À l’heure des grandes vacances, les conducteurs doivent redoubler de vigilance en ce qui concerne la consommation d’alcool et de stupéfiants au volant. Depuis dix ans, l’alcool au volant est la première cause de mortalité sur la route après l’excès de vitesse. Après avoir consommé trois verres d’alcool ou des stupéfiants, en prenant le volant, vous augmentez les risques d’accident par deux.

Alcool et stupéfiants au volant : les conséquences

Les risques de l’alcool et de la consommation de stupéfiants au volant

Les conséquences de la consommation d’alcool ou de stupéfiants sur la conduite sont bien connues. Les capacités physiques du conducteur qui a bu avant de conduire ou pris de la drogue sont diminuées.

Plus la dose d’alcool ou de stupéfiants est élevée, plus les effets sur l’organisme sont importants.

La drogue et l’alcool au volant ont plusieurs conséquences :

  • provoquer une somnolence
  • une diminution de l’attention du conducteur et de ses réflexes
  • une mauvaise coordination de ses mouvements
  • des troubles de sa vision, des hallucinations
  • une sous-estimation du danger

Il va sans dire, que le risque d’accident est particulièrement élevé.

Les sanctions et conséquences de la consommation d’alcool et de stupéfiants

La réglementation française interdit la conduite d’un véhicule si le taux d’alcoolémie est supérieur à 0,2g par litre de sang pour les jeunes conducteurs ayant le permis probatoire et de 0,5g pour les autres.

Si ce taux est dépassé, le conducteur risque différentes sanctions. Si le taux d’alcoolémie constaté est entre 0,5 g et 0,8 g, les sanctions encourues sont les suivantes :

    • retrait de 6 points du permis de conduire
    • une éventuelle suspension du permis
    • une amende d’un montant qui peut aller jusqu’à 750€.

Si le taux de 0,8 g est dépassé il s’agit d’un délit, et les sanctions sont adaptées à la gravité de l’infraction.

En plus d’une rétention du permis, de l’immobilisation du véhicule, la perte de 6 points et une suspension administrative, des sanctions judiciaires peuvent être prononcées (amende qui peut aller jusqu’à 4 500€, peine de prison jusqu’à deux ans, annulation du permis, obligation d’effectuer un stage de sensibilisation à la sécurité routière…).

Assurance : drogue et alcool au volant

Outre les risques élevés d’accident et des sanctions légales sévères, la conduite sous l’emprise de l’alcool ou des stupéfiants pourrait avoir un impact sur votre contrat d’assurance en cas de sinistre.

L’assurance responsabilité civile qui couvre les dommages corporels causés aux tiers, y compris les passagers du véhicule conduit par l’assuré ayant consommé de l’alcool ou de stupéfiants, viendra apporter une indemnisation aux victimes.

Attention : les autres garanties du contrat peuvent ne pas jouer et notamment la garantie conducteur ou celle qui couvre les dommages matériels.

Une clause d’exclusion de ces garanties peut être prévue au contrat et elle est systématique en ce qui concerne la conduite en état d’ébriété et sous l’emprise des stupéfiants.

La conséquence pour le conducteur qui décide d’adopter un comportement à risque est de devoir assumer en partie les conséquences financières d’un accident dont le montant peut être extrêmement élevé.

L’automobiliste verra, en outre, sa prime d’assurance majorée, voire son contrat d’assurance résilié.

Rappelez-vous : celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas !

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer