Rennes : alcool au volant et délit de fuite, deux mauvaises décisions qui ont coûté le permis d’un conducteur

15 décembre 2017

Conduire avec trop d’alcool dans le sang est une très mauvaise idée. Ce n’est pas ce jeune Rennais qui dira le contraire : de retour chez lui après une soirée trop arrosée, il a pris une série de mauvaises décisions qui lui ont coûté son permis. Dans son malheur, il a eu de la chance : c’est la vie qu’il aurait bien pu perdre s’il n’avait pas été contrôlé.

Rennes : alcool au volant et délit de fuite, les deux mauvaises décisions qui ont coûté le permis d'un jeune conducteur

 

Deux délits routiers en une soirée pour ce jeune conducteur

Il est 5 heures du matin ce vendredi de décembre quand N., Rennais d’une vingtaine d’années, aperçoit, à une centaine de mètres devant sa voiture, un barrage de police.

N. a trop bu, il le sait. Toute la nuit, il a fêté son permis, récupéré la veille après une suspension de permis pour conduite en état d’ivresse.

Remonter dans sa voiture était sa première mauvaise décision. La deuxième, il la prend sous le coup de la panique : d’un coup de volant brutal, il s’engouffre dans une rue qui part sur sa gauche et accélère.

Il ne pense qu’à une chose : éviter le contrôle.

Sans réaliser immédiatement qu’il se met dans une situation encore plus grave qu’une conduite en état d’ivresse : il vient de se rendre coupable d’un délit de fuite.

Lorsque les motards de la police le rattrapent quelques centaines de mètres plus loin, N. a déjà réalisé son erreur. C’est un jeune homme effondré qui se soumet au contrôle : « Comment je vais faire maintenant ? Ce n’est pas possible, comment je vais faire ? », répète-t-il, en larmes.

Aux policiers qui l’interrogent, il explique qu’il devait absolument rentrer à Lorient dans la matinée. « Faire cent-cinquante kilomètres avec 1,4 g d’alcool dans le sang, c’est de la folie, lui répond l’officier.

Avec en plus la fatigue d’une nuit blanche, ça aurait été un miracle que vous puissiez arriver chez vous sans provoquer d’accident.

On vient sans doute de vous sauver la vie, et celle d’autres usagers de la route… »

N., soudainement dégrisé, semble réaliser qu’il aurait bien pu faire partie des 1000 personnes qui meurent chaque année dans un accident de la route provoqué par l’alcool.

Son véhicule immobilisé, il rentrera chez lui en train après un passage par le commissariat.

Il recevra bientôt une convocation devant le juge, qui décidera du montant de l’amende et choisira ou non de l’emprisonner. Son permis, lui, lui a été retiré d’office lors du contrôle.

L’alcool au volant peut être un délit

Contrôlé avec 1,4g d’alcool dans le sang, le jeune conducteur a commis un délit.

À partir de 0,8 gramme d’alcool dans le sang, prendre le volant devient un délit et entraîne à un passage obligatoire au tribunal.

Le jeune Rennais est donc passible :

  • d’un retrait de 6 points sur le permis de conduire,
  • d’une amende de 4 500 euros,
  • d’une annulation du permis de conduire de 3 ans (récidiviste),
  • d’une peine de 2 ans de prison,
  • d’une obligation d’effectuer un stage de sensibilisation à la sécurité routière en peine complémentaire.

Délit de fuite : quelles sont les sanctions ?

Avec son délit de fuite, le jeune conducteur a aggravé sa situation en une fraction de seconde.

Il risque également :

  • une amende pouvant aller jusqu’à 75 000 euros,
  • une suspension de permis pouvant aller jusqu’à 5 ans,
  • une peine de 3 ans de prison.

Publié par Syrinne
Partagez cet article
Nous garantissons les prix les plus bas

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer