Cyclistes, piétons et seniors : le mauvais bilan de la sécurité routière en 2016

3 juillet 2017

En 2016, 3 477 personnes ont trouvé la mort sur les routes. Une quasi-stabilité avec l’année 2015 avec quand même 16 morts de plus.

Mais 2016, a été marquée par une forte augmentation des accidents impliquant des cyclistes et des piétons : 559 piétons ont été tués soit 19 % de plus que l’année passée et 162 cyclistes, c’est 9% de plus par rapport à 2015.

Ce sont les automobilistes qui sortent « gagnants » avec une baisse de 36 % par rapport à 2015.

Quant aux autres indicateurs, ils sont également à la hausse avec le nombre de personnes blessées sur les routes qui augmente de 2,6 %, soit 72 645 personnes blessées dans 57 522 accidents corporels (+1,6 %).

27 187 de ces personnes ont dû être hospitalisées (+2,2 % par rapport à 2015) parmi lesquelles beaucoup garderont des séquelles graves.

Depuis 3 ans, le bilan de l’accidentalité annuelle est à nouveau à la hausse. Mais on est loin des chiffres des années 2 000 où la route tuait plus de 7 500 personnes chaque année !

cycliste dans la ville

Piétons, cyclistes et seniors : des usagers vulnérables

  • 61 % des piétons sont tués par un véhicule de tourisme (56 morts de plus en 2016), 15 % par un poids lourd ou un véhicule de transport en commun (15 morts de plus)
  • 47 % des cyclistes sont tués par un véhicule de tourisme, 15,4 % par un poids lourd ou un véhicule de transport en commun.

En 2016, les seniors de plus de 75 ans enregistrent une forte hausse, avec 566 personnes décédées dans un accident routier (+9,1 %).

La France connaît un vieillissement continu et inéluctable de sa population.

Selon l’INSEE, en 2050, un habitant sur trois aura plus de 60 ans, contre un sur cinq aujourd’hui. Plus nombreux et toujours plus mobiles, les seniors sont un enjeu majeur de sécurité routière pour les années à venir.

Le bilan 2016 est contrasté parce que nous disposons cette année du nombre de morts par milliard de kilomètres parcourus, et nous sommes revenus à un ratio très proche de celui de l’année 2013, la meilleure année de la Sécurité routière. Pour faire simple : on a beaucoup plus roulé en 2016, ce qui relativise les chiffres en valeur absolue.

Automobilistes, adoptez les bons réflexes

Lorsqu’un piéton s’engage pour traverser, même en dehors d’un passage piéton, il faut lui céder la priorité.

Annoncez TOUJOURS votre changement de direction avec le clignotant.

Dans les Zones de Rencontre, respecter les limitations de vitesse ( 20km/h)

Respectez le sas cyclistes. Ils ont été mis en place pour protéger les vélos, en se positionnant devant les voitures, ils sont visibles de tous. Attention, le sas est uniquement pour les deux-roues non motorisés !

L’angle mort : le plus grand danger des vélos et des piétons !

Depuis 2012, les maires peuvent décider d’apposer une nouvelle signalétique à destination des vélos dans leur agglomération :

panneau cycliste

Mais attention, le cycliste à une obligation de prudence envers les piétons et doit les laisser passer en priorité. L’objectif de cette signalisation est de rendre plus fluide et plus sûre la circulation des cyclistes.

La circulation en sens inverse : de même, certaines rues à sens unique ont été aménagées afin de permettre aux cyclistes de remonter la circulation. Un marquage au sol est visible sur la gauche de la chaussée.

Cyclistes, respectez la signalisation

Les feux de signalisation doivent être respectés, au même titre que les véhicules s’arrêtent au feu rouge, les cyclistes doivent s’arrêter également. Seul un panonceau (petit panneau placé sous un feu) « tourne à droite » ou « tout droit », autorise les vélos à ne pas marquer le feu rouge.

Rappel, le non-respect du feu rouge peut entraîner une amende de 135 €. Le retrait de points ne s’applique pas.

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer