Une baisse de la mortalité sur les routes en Janvier 2016

19 février 2016

Après une année 2015 marquée par une hausse sinistre des chiffres de la mortalité liée aux accidents de la route, les premiers chiffres parus en 2016, semblent indiquer une tendance plus rassurante. Par rapport à la même période, l’an dernier, on observe une baisse de 10.7 % du nombre de tués.

statistiques mensuelles de la sécurité routière

 Une mortalité en baisse, mais d’autres indicateurs en hausse

L’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) a révélé récemment les dernières statistiques :

233 personnes ont trouvé la mort sur les routes le mois dernier, contre 261 lors du mois de janvier 2015.

Cependant, les autres chiffres ne sont pas aussi positifs. 5.2 % d’accidents corporels supplémentaires ont été recensés (soit 4 483 cette année, contre 4 261 l’an dernier), et le nombre de blessés a augmenté de 8.7 % (ce qui représente 5 693 victimes, là où on n’en comptait que 5 238 en janvier de l’an passé).

Le nombre d’hospitalisations comptabilisées passe de 1 816 à 2 017, marquant là aussi une augmentation sensible, de 11.1 %.

Les chiffres de février seront notablement alourdis par les drames récents survenus à Rochefort et Montflovin, au cours desquels huit jeunes gens ont été tués.

 Des mesures toujours plus présentes en faveur de la sécurité routière

La Sécurité Routière profite de l’annonce de ces chiffres pour rappeler l’importance les 22 nouvelles mesures prévues dès l’an dernier. Le communiqué officiel rappelle l’existence d’un “plan en faveur de la sécurité routière annoncé il y a un an par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et [des] mesures décidées par le comité interministériel de la sécurité routière (CISR) présidé par le Premier Ministre le 2 octobre 2015.”

Au programme de ce plan, on trouve évidemment des mesures axées sur la lutte contre la conduite en état d’ivresse ou sous influence de stupéfiants, ainsi que sur la répression des excès de vitesse. Les radars verront leur nombre multiplié, et des radars-leurres sont déjà disséminés sur les routes pour brouiller les pistes. Ces cabines vides sont généralement placées en amont d’un véritable radar, plus discret, quelques kilomètres plus loin. Ce type de leurre doit se généraliser dans les années à venir, pour atteindre le nombre de 1 000 en 2020.

Le contrôle salivaire, quant à lui, va se généraliser pour dépister les conduites sous emprise.

En 2015, 25 % des accidents mortels étaient dus à une consommation de stupéfiants.

Les dépistages de stupéfiants réalisés par les agents de police judiciaire et leurs adjoints pourront être effectués même en l’absence d’infraction préalable, ce qui constitue une première en matière de stupéfiants (cette prérogative était précédemment cantonnée aux contrôles d’alcoolémie).

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer