Permis de conduire : où en est la réforme ? Que prévoit le Ministre Cazeneuve ?

8 juillet 2014

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a, depuis son entrée en fonction, été clair sur son intention d’accorder de l’importance aux questions liés à la conduite automobile. Après s’être exprimé sur la limitation de vitesse à 80 km/h, il revient sur le sujet qui lui tient le plus à cœur: la réforme du permis de conduire dont nous vous en avions parler il y a quelques semaines.

La réforme du permis en routeCazeneuve veut régler le problème du coût élevé

En visite à Mâcon vendredi 27 juin dernier, le ministre a participé à une table ronde à la Maison de l’emploi. Il a utilisé la formule-choc suivante : « Le permis de conduire, c’est le permis de travailler », mettant ainsi l’accent sur le besoin d’aider les personnes en recherche d’emploi à accéder au permis. Aujourd’hui, l’inscription, les cours et les examens qui permettent d’obtenir le permis génèrent une facture élevée, d’au moins 1500 euros, voire 2000 ou 2500 en cas de difficultés. Bernard Cazeneuve propose de mettre en place un permis à 1 euro pour les personnes dont les revenus ne dépassent pas 300 euros. Autre problème dans la ligne de mire : rater son permis implique généralement d’attendre ensuite plusieurs mois avant de le repasser ; sachant que 40% des gens ratent le premier examen, il serait souhaitable de leur donner accès à une deuxième chance plus rapidement.

La conduite accompagné à partir de 15 ans ?

Parmi les autres mesures proposées dans la réforme, on trouve l’abaissement de l’âge de la conduite accompagnée à 15 ans dont nous vous en avions parlé en avril dernier (avec passage du permis avant 18 ans dans ce cas), ainsi que la suppression des diapos pour l’épreuve du code, qui se déroulerait entièrement sur tablette. Et sera surveillé en partie par des réservistes de la police et de la gendarmerie, pour alléger la charge des inspecteurs côté théorique, et leur permettre de faire passer davantage d’examens pratiques. A partir de 2015, un prestataire extérieur sera même envisagé pour surveiller l’épreuve du code.

Les professionnels du permis mécontents

Le projet de réforme ne fait pas que des heureux. Le 25 juin dernier, une grève massive des inspecteurs du permis (80% d’entre eux l’ont suivie) a marqué la désapprobation de la profession, et entraîné le report de dix mille examens. La grogne concerne essentiellement le dernier point, les inspecteurs estimant qu’il s’agit d’une privatisation des examens du code de la route, et qu’il serait préférable de recruter de nouveaux inspecteurs. La grève pourrait être reprise en septembre, de façon illimitée. La réforme prendra-t-elle la voie d’un bras de fer entre le gouvernement et les inspecteurs du permis ?

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer