Toyota, Honda, Nissan ont des problèmes d’airbag

30 juin 2014

Début juin, Toyota faisait une annonce de rappel pour 2.27 millions de véhicules dont les airbags défectueux pouvaient poser un réel problème de sécurité. Le gonfleur de l’airbag a été identifié comme peu fiable : non seulement il pourrait ne pas fonctionner au moment de l’accident, mais il se pourrait même que le générateur pyrotechnique cause un incendie dans le pire des cas. Cruelle ironie : l’an dernier à la même période, Toyota avait déjà rappelé une partie de ses véhicules pour des raisons similaires.

airbag dysfonctionnement Un problème d’airbag pour plusieurs grands constructeurs

A présent, c’est au tour de Honda de rappeler plus de deux millions de véhicules, réparties à plus de 50% aux Etats-Unis et au Japon. La cause ? Là encore, il s’agit d’un problème de déploiement d’airbags, assorti de risques d’incendies. Les modèles impactés (essentiellement Fit et Accord) ont été assemblés entre août 2000 et décembre 2005. Mais Toyota et Honda ne sont pas les seuls constructeurs concernés : Mazda vient de rappeler 157 800 voitures, et Nissan s’apprête à faire de même, sur 755 000 véhicules.

Bien entendu, l’hypothèse de la coïncidence ne tient pas la route : le responsable serait le fournisseur d’airbag, commun à ces quatre marques japonaises. Gageons que les retombées de l’affaire sur ses clients nuira durablement à ce fournisseur qui a pris les tests de sécurité à la légère.

L’airbag est vital dans une voiture

Rappelons qu’un airbag performant diminue de 25% la probabilité pour un conducteur ceinturé de mourir dans un accident. Pour mémoire, l’airbag est un module entièrement indépendant du reste de la voiture, réparti entre les différentes parties du véhicule où il est nécessaire : volant, tableau de bord, piliers de portières, colonne de direction. Le sac se gonfle sous l’effet du générateur de gaz, lui-même actionné par un calculateur. Dans le cas présent, le générateur est pyrotechnique, c’est-à-dire qu’il utilise des propergols solides comment le nitrate d’ammonium ou l’azoture de sodium, ce qui explique sa dangerosité. Dans certains cas, le générateur peut-être « cold gas », c’est-à-dire n’utiliser que des gaz inertes (hélium, argon, etc.), ou encore hybride (gaz et propergols combinés).

Les dangers en cas de dysfonctionnement de l’airbag

L’airbag qui ne se déploie pas ou qui crée un incendie, c’est évidemment un dysfonctionnement majeur. Mais il convient de se souvenir également des autres risques de ce système de sécurité : brûlures aux bras lorsque le coussin se gonfle, traumatisme facial, ou encore lésion des tympans en raison de la détonation à l’ouverture. Il est même vivement déconseillé d’activer l’airbag quand le conducteur possède une taille inhabituelle (moins de 1.49m ou plus de 1.92m).

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer