Accident mortel en Isère : 3 ans de prison pour un gendarme

4 mars 2019

Un véritable drame s’est produit le mardi 26 février dernier sur la RD 1006 entre Bourgoin-Jallieu et L’Isle-d’Abeau (Isère). Après une journée très arrosée, un gendarme qui n’était pas en service a pris le volant. La suite est tragique puisqu’il a provoqué un accident mortel, ôtant la vie à deux septuagénaires qui se trouvaient dans un embouteillage.

Après une enquête menée rapidement par les policiers de Bourgoin-Jallieu, cet homme de 35 ans était convoqué en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel, ce jeudi, pour répondre des faits qui lui sont reprochés.

Accident mortel en Isère : 3 ans de prison pour un gendarme

« Nous n’avions pas prévu de boire autant »

L’audience a ainsi permis de retracer la journée qui a conduit à ce terrible accident. Tout a donc commencé aux alentours de 13 heures, lorsque le gendarme qui se trouvait en permission a retrouvé de vieux amis avec lesquels il a été boire des verres à Villefontaine (Isère).

« C’était convivial, j’étais avec d’anciens camarades. On a bu quelques bières [six pintes en tout, NDLR], on a été rejoints par deux autres amis. Nous n’avions pas prévu de boire autant, on est juste resté ensemble, à discuter de nos vies, de nos problèmes… avant de faire cette énorme bêtise », a raconté le prévenu à la barre avant de s’excuser auprès de la famille des victimes.

« Je ne me suis pas rendu compte », a-t-il aussi déclaré après que la présidente du tribunal lui a demandé pourquoi il n’avait pas arrêté de boire. L’homme de 35 ans a donc repris sa voiture vers 19 heures, en installant son fils de 11 ans et sa fille de 8 ans à l’arrière du véhicule ainsi qu’un ami à l’avant.

Une fois au volant, il « roulait comme une fusée » et effectuait des dépassements dangereux sur cette route départementale selon plusieurs témoignages.

Jusqu’au moment où il a percuté par l’arrière un véhicule pris dans un embouteillage. « Je n’ai pas vu les feux stop des voitures arrêtées, enfin, j’ai vu trop tard », a confié le gendarme.

Un taux d’alcoolémie de 2,54 grammes

Selon plusieurs témoins, le choc a été d’une rare violence. « Ce bruit, il est revenu à chaque audition.

Il y a eu beaucoup de cris, beaucoup de casse », rapporte la présidente du tribunal. Au total, six véhicules ont été impactés dans cet accident et deux personnes ; âgées de 70 et 72 ans, sont décédées.

Une autre femme âgée de 27 ans a été grièvement blessée et six autres personnes plus légèrement. « C’est une catastrophe », a glissé le gendarme qui avait du mal à s’exprimer. Un taux d’alcoolémie de 2,54 grammes avait été constaté sur cet automobiliste lors de l’arrivée des forces de l’ordre sur les lieux de l’accident.

Finalement, cet homme de 35 ans a été condamné à 3 ans de prison, dont 18 mois de sursis, avec mise à l’épreuve pendant deux ans et mandat de dépôt pour « défaut de maîtrise, blessures involontaires et homicides involontaires aggravés ».

L’alcool tue beaucoup trop sur les routes

Malgré de multiples campagnes de prévention routière, force est de constater que certains conducteurs continuent de boire avant de conduire. En France, l’alcool au volant est responsable d’environ un tiers des décès sur la route, il s’agit donc de l’une des principales causes de la mortalité sur les routes de notre pays.

Lorsqu’un conducteur a bu, ses réflexes sont diminués tout comme son champ de vision est rétréci. Mieux vaut donc désigner en début de soirée une personne de confiance qui ne boira pas ou, mieux, dormir sur place ou alors rentrer en transports en commun ou en taxi.

En cas de contrôle positif, le conducteur perd automatiquement 6 points sur son permis de conduire et il devra s’acquitter d’une amende de 135 euros. Le seuil fixé par la loi est de 0,5 grammes d’alcool par litre de sang, ou 0,2 pour les jeunes conducteurs. Au-delà de 0,8 grammes d’alcool par litre de sang, l’infraction devient un délit.

Dans ce cas, l’automobiliste devra répondre à une convocation devant un tribunal. La sanction peut alors aller jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 4 500 euros d’amende. Par ailleurs, le juge peut imposer un stage de sensibilisation à la sécurité routière, que la personne devra payer.

Retrouvez les stages de récupération de points en Isère.

Publié par Stephanie
Partagez cet article
Nous garantissons les prix les plus bas

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer