Drogue au volant : nouveau test salivaire

22 août 2017

Une personne décédée sur la route sur cinq en 2015, a été victime d’un accident dont l’un des impliqués a été sous l’emprise de stupéfiants. Pour lutter efficacement contre la drogue au volant, les pouvoirs publics ont décidé de prendre de nouvelles mesures en termes de contrôle.
Le Ministère de l’Intérieur a annoncé que les forces de l’ordre seront bientôt équipés de tests salivaires beaucoup plus rapides. La cocaïne, l’ecstasy et les autres substances de ce type, multiplient par deux le risque d’accident mortel.
C’est la raison pour laquelle il convient de renforcer les contrôles dont les conséquences, s’ils sont positifs, sont lourdes pour le conducteur : peine d’emprisonnement, retrait de points, amende, suspension du permis…

autoroute déformée

Quels sont les risques physiques de l’usage de drogue au volant

Les statistiques révèlent que le nombre d’accidents provoqués par des conducteurs ayant consommé de la drogue sont en augmentation.
Presqu’un cinquième des victimes sur la route en 2015 ont trouvé la mort dans un accident impliquant un automobiliste sous l’emprise de stupéfiants. Certains automobilistes vont même jusqu’à fumer du cannabis au volant de leur véhicule…
Voilà pourquoi ce sont près de 100 000 dépistages de drogue qui sont réalisés tous les ans par les forces de l’ordre.
Les conséquences physiques pour un conducteur qui a consommé du cannabis ou une autre drogue sont le ralentissement de ses réactions, baisse de sa vigilance. Il est donc deux fois plus exposé au risque d’accident.
Par ailleurs, les conducteurs sont de plus en plus systématiquement contrôlés pour l’usage de stupéfiants lorsque que le test d’alcoolémie s’avère positif.

Mélanger alcool et drogue augmente par 15 le risque d’accident.

Quels risques juridiques pour conduite après usage de stupéfiants ?

Conduire après avoir consommé de la drogue est un délit. Les sanctions sont les suivantes :

  • immobilisation du véhicule,
  • une peine de prison pouvant aller jusqu’à 2 ans,
  • un retrait de 6 points sur le permis de conduire,
  • une amende de 4 500€ ;

L’une des sanctions étant un retrait de 6 points sur le permis, si l’intéressé est titulaire d’un permis probatoire, il verra son permis invalidé (si l’infraction a lieu pendant la première année de son permis).

Des sanctions complémentaires peuvent être ordonnées par le tribunal telles que la suspension ou l’annulation du permis de conduire.

Comment fonctionne le dépistage du cannabis ou autres substances illicites ?

En cas de contrôle, les gendarmes ou les policiers font faire un test salivaire à l’automobiliste.
Si ce test relève l’usage de stupéfiants, le conducteur est ensuite amené dans un établissement afin qu’un test sanguin soit réalisé.

Le dépistage sera bientôt facilité grâce aux nouveaux tests salivaires plus performants. Le Ministère de l’Intérieur, a précisé que les nouveaux tests salivaires permettront de savoir en seulement quelques minutes si le l’automobiliste « a consommé du cannabis, de la cocaïne, des opiacés, de l’ecstasy ou des amphétamines ». Ces tests seront beaucoup plus rapides que les actuels.

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer