La mortalité routière de septembre, en baisse par rapport à 2014

16 octobre 2015

Les associations comme le gouvernement gardent l’œil fermement vissé aux chiffres concernant la sécurité routière, source constante d’inquiétude. Pour l’instant, l’année 2015 se révélait calamiteuse, avec une augmentation sensible des accidents mortels sur la route par rapport aux années écoulées. Mais à l’issue du mois de septembre, on note une baisse du nombre de morts, comparé aux dates équivalentes de 2014.

les chiffres de la sécurité routière septembre 2015

 

Une amélioration notable mais insuffisante

En septembre 2014, on comptait ainsi 317 morts sur les routes de France. Cette année, 262 personnes “seulement” ont perdu la vie dans les mêmes circonstances, soit une baisse de 17,4 %.
Le chiffre est “encourageant”, selon les termes du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, mais reste inquiétant, d’autant qu’il ne s’agit que du troisième mois cette année à marquer une baisse de la mortalité. Six mois ont vu les chiffres augmenter dangereusement, portant la moyenne à ce stade à plus de 1.8 % d’augmentation de la mortalité routière.

Ces chiffres concernent la France Métropolitaine uniquement, et portent sur l’ensemble des usagers de la route. Le cas des deux-roues est particulier : les cyclistes et les cyclomotoristes ont vu leur mortalité se stabiliser ; les motards, quant à eux, ont vu un net recul de leur mortalité.

Le mois de septembre a également été clément avec les accidents non-mortels : on recense 5 % d’accidents corporels en moins, 2,3 % de baisse du nombre d’hospitalisations, et 4.5 % du nombre de personnes blessées sur la route.

Pour le ministère, l’objectif à atteindre est de passer sous la barre des 2000 morts d’ici 2020. Un nombre symbolique qui sera donc dans la ligne de mire de l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR).

Des mesures sérieuses pour atteindre les objectifs fixés

Pour endiguer une fois pour toute cette tendance à la hausse que l’on constate avec effroi, une batterie de mesures annoncées récemment par le Premier Ministre Manuel Valls est supposée réguler le trafic et pacifier les comportements. On note particulièrement la mise en place annoncée de 500 nouveaux radars, ainsi que d’une cargaison de “faux” radars, installés pour brouiller les pistes et servir d’épouvantails. On dénombrera entre 10 et 12 000 de ces leurres chargés d’intimider les automobilistes trop pressés.

Outre ces radars, outils désormais connus, la surveillance sera doublée de la présence de drones, chargés de repérer les conduites dites “à risque” depuis les airs. Mais ces “armes” dissuasives ne peuvent donner de résultats que si elles permettent aux conducteurs de prendre conscience de leurs responsabilités.

Publié par Stephanie
Partagez cet article

Nous garantissons les prix les plus bas

Récupérez 4 points

Suivez-nous sur Facebook

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.
En savoir plusFermer